14/11/2015

Danser sa vie de déesse


Danser sa vie de déesse : danse de l'énergie féminine *



poussières d'étoiles, nébuleuses...


poussières d'étoiles
Tout a commencé, il y a longtemps, quand j'étais une petite fille de 5 ou 6 ans. À ce moment là, je voulais souffler des poussières d'étoiles magiques sur les gens afin qu'ils soient heureux.


C'est à la même époque que je questionnais les professeurs à l'école catholique à propos de leurs enseignements religieux.  J'osais et J'ose encore ! *sourire*


J'ai reconnu la Déesse pour la première fois quand j'ai regardé dans le miroir et que j'ai vu mon image. Elle était belle à mes yeux d'enfant et elle l'est toujours


C'est à l'âge de 9 ans que j'ai vu une apparition pour la première fois. J'étais terrifiée parce que je ne comprenais pas et ma mère fit venir le médecin qui me donna des sédatifs.


Dommage, elle ne comprenait pas non plus. Elle n'avait nullement été éduquée selon la vision des ancêtres.


Au début de l'adolescence, je me suis sentie près de mes racines amérindiennes et le montrait en portant des perles et des mocassins. Je ne savais pas encore qu'une partie de mon cheminement spirituel viendrait des racines Cherokee.


Ensuite, il y a ce moment dans ma vie où je voulais zapper toute personne qui me mettait en colère. J'avais acheté des livres sur la magie noire ainsi que la bible satanique. Je portais surtout des vêtements noirs avec du vernis noir. Ma mère ne comprenait pas ce qui me passait par la tête.


À cette même période, j'ai vu le film, The Brotherhood of Satan, et dans l'entrée il y avait plein de tables avec des tests pour les cinéphiles. J'ai fait les tests et le résultat final disait que j'étais 55% sorcière et 65% psychique. J'ai ensuite assisté à une fête occulte le weekend suivant et rencontrai un guru. J'approchais de mes 19 ans alors.


Aussi, peu de temps après la fête, je suis devenue une élève de yoga. J'ai brûlé tous les livres, sauf un, suivant les instructions de mon professeur de yoga. Tous les matins, je me levais pour faire mes exercices, chanter et méditer. Je suis devenue très sensible à l'énergie qui m'entourait et ressentait tout... vraiment tout.


M’asseoir sur les sièges des Métros de New York était une expérience douloureuse. Je ressentais tout des gens qui avaient occupé le siège avant moi et je sautais pratiquement de ces sièges, particulièrement ceux dans les coins. Je crois que les gens qui souffrent beaucoup favorisent ces sièges.


Entrer dans une pièce vide n'était pas mieux car, je ressentais tout ce qui s'était passé dans la pièce en détail. Dommage que je n'avais pas appris à me protéger ou me nettoyer spirituellement. J'ai appris plus tard dans ma vie, trente ans plus tard.


énergie féminine | Artwork A. Andrew Gonzalez
Mon cheminement m'amena à méditer doucement lorsque je sentais le danger et l'odeur des roses me faisait du bien. L'odeur des roses faisait fuir l'énergie négative dans une autre direction. C'était merveilleux de se sentir en sécurité parmi les prédateurs dans la ville.


J'ai gardé l'amour des esprits jusque dans les années soixante-dix comme je marchais parmi les "Flower Children", aimant tout le monde et étant une avec la nature dans toute sa gloire. Ah ! Ces jours à marcher pieds nus dans la ville !


Lorsque mariée, mon époux d'alors et moi méditions ensemble et prenions des marches en nature dans Central Park. Nous avons lu un livre intitulé, The Great Book of Magical Art, Hindu Magic and East Indian Occultism par L. W. De Laurence.


Un soir, en lisant le livre, nous avons perdu la notion du temps. Je me rappelle que nous avions commencé à lire à 19h et quand nous avons terminé le chapitre, il était toujours 19h. Je ne saurais dire comment cela s'est produit, mais c'était toute une expérience.


Notre maison en était une drapée de tissus indiens, du plafond jusqu'à terre. Nous brûlions de l'encens tout le temps et un soir lorsque nos visiteurs avait quitté, nous pouvions voir l'énergie se mouvoir tout autour de manière agitée. Après avoir brûlé de l'encens, l'odeur que l'on brûlait le plus souvent, nous nous sommes assis pour regarder l'énergie changer. Nous l'avons vu descendre en vague puis tout est redevenu normal.


En continue des années plus tard, je faisais des rêves et encore maintant, que je reçois une onction et passe une initiation... Santeria, Candomble, Palo et plus récemment 3 déesses dans les nuages. J'ai été près de devenir une prêtresse Chango mais fut amenée à un autre chemin. L'une de mes guides spirituelles, Notre Dame de la Guadeloupe m'a arrêtée. C'est à ce moment que je me suis mise à attendre où je me devais d'être pour poursuivre mon cheminement


Un beau jour, étant à la bibliothèque, je suis tombée sur un livre intitulé, The Yoni: Sacred Symbol of Female Creative Power by Rufus Camphausen. Ce livre m'a conduite vers d'autres et plus je lisais, plus j'étais imprégnée de la déesse dans toute sa gloire. Les découvertes se sont révélées toujours infinies et j'en suis très reconnaissante. 


J'ai exploré et étudié les lunes secrètes des femmes et en fut fortifiée. J'ai dévoré tout ce que je trouvais à la bibliothèque à propos des femmes et des traditions anciennes. J'ai été touchée par la divine énergie féminine plus que jamais dans ma vie.


Apprendre sur la puissance créative du Yoni, ma source d'expression secrète, ne pouvait arriver à un meilleur moment de ma vie. Avec l'âge vient la sagesse. Quelle splendeur ! Oui, oui et oui encore à la déesse en moi !


Que je reconnaisse les traditions anciennes et pour toujours, que je les garde sacrées.



Poussière d'étoile de déesse... Photo : Ludovic FlorentComme j'explore la déesse de partout dans le monde, je l'intègre à partir de toutes les cultures.



Je ne connais pas de séparation ou de différence quant à sa divine énergie. Elle est la Source de tout.


Elle est merveilleuse en jeune fille, mère ou doyenne. Elle est puissante en amante, amie, ou catalyseure de transformation. Elle détient le savoir en sage-femme, doula, soignante.  Elle s'affirme de tout son pouvoir magique.


Elle est Oshun, Oya, Yemaya, Kali, Lakshimi, Psyche, Hecate, Gaia, Notre Dame de la Guadeloupe, la Sainte Vierge, Sophia et L'Esprit Saint. On l'appelle par ses noms et bien d'autres. Je l'aime tellement. Elle me comble.


Toutes les facettes énergétiques de la déesse doivent être reconnues, appréciées, explorées et inscrites dans la mémoire. Ce cheminement dans la voie de l'énergie féminine est celle pour laquelle j'ai suis destinée. Je suis éternellement heureuse que ce soit cet appel que j'ai entendu fort et clair. J'apprécie à présent les rituels de la lune, seule ou avec mon âme soeur adorée.


Je danse la danse de l'énergie féminine et j'adore chaque moment. Je la réalise en plus d'une façon et continue à le faire en vieillissant, devenant plus en harmonie avec moi-même.


Prenez un moment pour nous faire part de vos réfléxions, expériences ou commentaires sur Danser sa vie de déesse.


* Source : My Goddess Walk... Spiral Dance


Donnez libre cours au partage... 



Turenne / Tilarenn - Portrait

Je suis Turenne. Je te reçois avec grand plaisir dans ce fervent parcours par la danse, chemin du mieux-être universel qu'est le mouvement, en inspirations à vibrer de toute notre énergie vitale et danser ton âme.



Danse, fais vibrer ton énergie vitale et habite chaque instant !
Auteur : Dr. Tonya K. Freeman (Diva Mama Tonya)

A propos de moi : Turenne ° Portrait

VUE : Dans chaque texte, saisissez l'énergie vitale et créative dont nous vibrons par essence pour votre réjouissance.


Partagez vos pensées par un commentaire ci-dessous...

No comments:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...